Nuremberg – Allemagne

Début février, c’est à Nuremberg – Nürnberg en allemand – que je décide de me rendre pour découvrir la ville et ses habitants. Deux stagiaires en architecture, rencontrés à l’auberge de jeunesse de Stuttgart, m’accompagnent pour ce voyage : Alina, canadienne de 19 ans, et Giannis, grec étudiant au Royaume-Uni et à peine plus âgé.

Depuis Stuttgart, la façon la plus simple – et la plus économique – de se rendre à Nuremberg est Flixbus, qui permet de rejoindre la ville en à peine deux heures.

Nous prenons un bus matinal, et arrivons à Nuremberg autour de 10h. Nous retrouvons notre hôte couchsurfing, qui a gentiment proposé de nous retrouver à la station de bus, et nous allons chez lui. Etudiant en ingénierie, il a vécu aux Etats-Unis où il a fait un stage. Jeune homme très avenant et à l’anglais parfait, le courant passe dès le début avec notre hôte !

Nous déposons nos affaires à son appartement, puis il nous propose de nous faire visiter la ville. Originaire de Würzburg, une ville non loin de là, il habite à Nuremberg depuis 5 ans en discontinu et connaît la ville comme sa poche.

Nous nous baladons dans la ville et il nous raconte son histoire : plus de 90% de la ville a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale – par les alliés puisque c’était le bastion du nazisme. Grâce aux notamment aux photos d’archives sur lesquelles les architectes ont pu s’appuyer, la ville a été reconstruite à l’identique. Même les églises, et la ville en regorge !

Midi approche et nous allons manger dans un restaurant typique – quoique très touristique, nous explique-t-il – qui propose des spécialités de la ville. Le cadre me rappelle les restaurants de Prague, avec ses escaliers qui descendent et donnent sur la pièce centrale, et la décoration traditionnelle.

Nous prenons chacun un « Schäufele« , qui se compose d’un gros morceau de viande clairement suffisant pour deux personnes, accompagné d’une pomme de terre spongieuse (dont la texture se rapproche quelque peu de l’aligot aveyronnais).

Verdict : très bon, et peu cher pour ce que c’est (12€) mais mieux vaut avoir l’estomac préparé !

IMG_6139.JPG

La ville me rappelle Strasbourg, avec ses maisons à colombages et le fleuve qui traverse la ville.

IMG_6161

IMG_6210

Avec mon amie canadienne, nous immortalisons le moment :

IMG_6207 (1)

Au cours de notre balade, un ami de notre hôte s’est joint à nous et son métier est plutôt atypique : il est chanteur d’opéra ! Nous le poussons à faire des vocalises lorsque nous entrons dans une église protestante déserte – sans succès..

Alors que nous décidons de faire une pause près de la maison d’Albrecht Dürer – qui est né à Nuremberg – il se met à neiger. Heureusement que nous rentrons à l’intérieur ! Nos hôtes voulaient nous faire découvrir un café typique mais nous sommes trop loin, alors nous rentrons dans un café restaurant local à l’ambiance américaine – pas typique du tout, donc. Je commande un bon chocolat chaud dégoulinant de crème, avec la touche du chef : quelques gouttes de Rhum !

IMG_6178

J’approuve ce chocolat chaud, qui me redonne de l’énergie en ce mois glacial de février.

Après nous être réchauffés, nous partons en direction du château de Nuremberg. Sur la route, nos hôtes nous montrent la plus vieille maison de la ville qui est encore intacte et date du Moyen-Age. Mesdames et messieurs, voici l’heureuse maison faisant partie des 10% qui n’ont pas été détruites !IMG_6180

Nous arrivons rapidement au château, et manque de chance, l’accès à la cour intérieure vient juste d’être fermé. Il est à peine 16h, et nous sommes samedi…Bienvenue en Allemagne.

Nous pouvons toutefois observer la vue depuis l’entrée, et nos amis allemands nous montrent le chemin que nous avons parcouru à pied. Je comprends mieux les 14km à pied !

IMG_6184

Nous redescendons de la ville et tombons sur un bâtiment qui est actuellement en reconstruction, et financé par une association qui s’investit dans divers projets de ce genre à travers l’Allemagne. La responsable qui nous fait visiter le lieu est bavaroise, et je dois dire que son accent est guère plus compréhensible que celui des suisses allemands -je saute de joie dès que je comprends un mot.

Par la suite, notre hôte nous fait découvrir le plus grand cinéma d’Allemagne – rien que ça! – un complexe gigantesque entièrement sous terre, et construit sur plus de 7 étages. La France m’avait habituée à de grands cinémas – et j’ai vécu à Lyon et Paris – mais là je n’en reviens pas. Il y a un véritable empire du cinéma sous terre !

IMG_6191

Nous quittons par la suite l’ami de notre hôte, puis notre ami grec qui rentre à Stuttgart, et rentrons chez lui avec mon amie canadienne. Sur la route, nous nous arrêtons pour faire des courses. Ce soir, nous allons cuisiner NEPALAIS !!!

Ayant ramené mes épices du pays – un mélange masala délicieux, et du sel de l’Himalaya – cela ajoute une touche parfaite à nos légumes frits. Sans oublier le roti – le chapatis népalais – que je mangeais régulièrement au Népal, et une bonne dose de riz. Chef en herbe en cuisine, je suis satisfaite de mes compétences managériales – étudier dans une école de management se montre finalement utile – et le repas est approuvé par mon hôte allemand et mon amie canadienne. Un succès !

IMG_6193

Nous passons le reste de la soirée à jouer aux cartes et à des jeux de société avec notre hôte, et rigolons bien. Tout cela accompagné bien sûr d’une (de plusieurs!) bonnes bières allemandes.

Le lendemain, après une nuit bien reposante – le canapé lit de notre hôte était très confortable et spacieux – nous nous séparons et partons en direction du sud de Nuremberg, où nous comptons découvrir le passé nazi de la ville.

IMG_6195Notre hôte nous conseille le musée de la documentation et nous ne sommes pas déçues. Le musée est riche en informations, vidéos d’archives et j’en passe. Et l’entrée n’est qu’à 1,5€ pour les étudiants ! Clairement un bon plan, qui permet de se replonger dans l’histoire et de rafraîchir mes cours de terminale ES.

Depuis le musée, nous avons un point de vue intéressant sur le Colisée (« Kongresshalle ») qu’Hitler n’a jamais eu le temps de finir, deux fois plus grand que le Colisée de Rome et qui devait pouvoir accueillir plus de 50 000 personnes.

IMG_6199

Nous marchons silencieusement autour du Colisée, à la fois impressionnées par la forme parfaite des colonnes et aphasiques en pensant à l’idéologie qui se cache derrière ces murs.

IMG_6203

L’heure du départ se rapproche, et nous allons prendre le U-Bahn non loin de là. Je me fais alors la réflexion que le système des transports en commun est bien mieux pensé qu’en France : les grandes villes allemandes que j’ai visitées jusqu’à présent fonctionnent toutes de la même façon, ce qui est beaucoup plus facile pour se repérer (même nom et écriteaux pour désigner le métro ou le train local, même allure des stations). En France, entre Lyon, Toulouse, Marseille et Paris, on a autant de réseaux de transports en commun organisés différemment que l’on a de villes.

La nuit tombe sur Nuremberg, et avec Alina, nous montons dans le bus. Un nouveau weekend riche en découvertes, pour un budget qui n’a encore une fois pas dépassé les cinquante euros avec le bus ! Comme quoi, pas besoin d’être Crésus pour profiter de son weekend 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s