Dresde – Allemagne

Pour me rendre à Dresde – sans n en français, allez savoir pourquoi – je prends un blablacar et sympathise avec la conductrice, une jeune allemande qui a vécu un an à New-York. La circulation est fluide et à peine 4h plus tard, je suis à Dresde !
 35151330_1832696226786522_4795660933961613312_n
Je passe le weekend chez les parents de collègues, où je suis reçue comme une reine. Nous passons deux soirées ensemble à partager nos expériences autour d’un verre -ou plutôt, de bouteilles – de Sekt.
À commencer par leur voyage en Chine, où ils ont trouvé qu’il était difficile de savoir si les gens étaient honnêtes – à defaut de sourire – même avec leur guide qui était comme sur écoute avec eux.
Ou encore du téléphone fixe, qu’ils n’ont pas eu avant les années 1990 – c’etait d’une part cher et de l’autre ils n’en voyaient pas l’utilité. Ils me parlent ainsi de la vie pendant la séparation entre les deux Allemagne et de la Stasi omniprésente qui voulait les pousser à denoncer des amis.
Puis de leur rencontre grâce aux journaux, alors qu’ils avaient à peine vingt ans, et qu’ils entamèrent une correspondance assidue par lettre. Le mari sort ainsi tout-à-trac :
« Si je t’avais vu dans la rue, tu ne m’aurais sans doute pas intéressée ». Voila qui est clair. Heureusement que le journal existe !
German flag
Et bien sûr nous parlons des différences entre l’Allemagne et la France, qui est un sujet de prédilection avec un Francais dans leur famille.
Je leur explique que couper un croissant en deux et le fourrer de confiture ou tout autre pâte est, plus qu’une insulte pour nous français, une atteinte à notre patrimoine gastronomique.
De même, le camembert doit se couper en quartier, alors qu’ils le coupent sur la longueur !
Nous rigolons de ces différences et ils m’en reparlent tous les matins en me proposant de couper mon croissant en deux. Haha !
Je leur apprends également qu’il est courant en France de boire de l’alcool fort avec un morceau de sucre, chose qui visiblement ne se fait pas en Allemagne.
Je découvre de mon côté des spécialités allemandes, à commencer par des cornichons typiques qui viennent d’une forêt située non loin de là (Spreewald) qui est la Venise locale avec de nombreux canaux.
Je teste aussi un fromage à l’ananas et suis surprise de l’association qui est loin d’être mauvaise !
Je découvre enfin une tradition de fin d’année qui consiste à collectionner de petits anges – un peu comme nos santons provençaux. Ils en ont près d’une centaine dans leur collection de famille, dont certains modèles datent de plus d’un demi-siècle ! Ces anges sont difficiles à obtenir, étant réalisés à la main et très renommés. Walt Disney en personne en faisait la collection !
35229365_1832695796786565_2085634594224209920_n
J’apprends également que de nombreuses choses sont originaires de Dresde, à commencer par le filtre à café. J’en avais aucune idée !
Le lendemain, la mère me conduit à Dresde et nous passons devant l’ancienne base russe, qui est gigantesque.
Je vadrouille toute la journée dans Dresde et découvre une ville au style baroque dont les bâtiments principaux se concentrent dans une même zone. Tous les clichés que j’avais sur l’Allemagne de l’Est s’effondrent, l’Allemagne de l’Est a décidément des villes magnifiques !
35166829_1832696080119870_4463448821388541952_n
35181029_1832696033453208_1625857584978198528_n
Je visite la Gemälde Galerie où est exposé un célèbre tableau de Raphaël,et grimpe en haut de la Frauenkirche depuis laquelle la vue sur Dresde est splendide.
35294276_1832695943453217_1016250633021292544_n
35187056_1832695806786564_7363515296331595776_n
35298097_1832695826786562_4572957284707074048_n
Et pour la deuxième fois depuis mon arrivée ici, je croise un SDF qui ramasse les bouteilles vides pour se faire de l’argent – les bouteilles étant consignées.
Le soir, je passe de nouveau la soirée avec mes hôtes et découvre un peu plus la vie à l’époque de la séparation entre l’Est et l’Ouest. Je découvre des photos de l’époque en noir et blanc, et en apprends plus sur la tradition des « Schultüte » – un cornet remis aux enfants lors de leur première année d’école primaire, qui est une toujours de nos jours en Allemagne de l’Est.
Changeant de sujet, nous parlons de la culture de la bière en Allemagne, et le père nous raconte – au grand dessaroi de sa compagne – ses excès à la fête de la biere munichoise il y a quelques années. Alors qu’il avait déjà la soixantaine, il s’y est rendu et a bu 11 « mass » (litres!) de bière. Dire que j’avais eu du mal à finir mon 2e litre à la fête de Stuttgart !
Le lendemain, nous partons visiter le château de Moritzburg, le château de chasse d’Auguste le Fort – qui a regné sur la Saxe à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe. En 1945 à l’arrivée des russes, les priopriétaires de l’époque avaient tenté de cacher leur trésor qui avait été en grande partie trouvé et saisi par les envahisseurs. En revanche une part était passée à la trappe et n’a été découverte que récemment – à la fin des années 1990. Toute l’histoire est expliquée dans le château et on peut voir certains de ces trésors. Incroyable !
35242204_1832696246786520_3885756521572728832_n
35295427_1832696370119841_5698111933119463424_n
Le weekend touche à sa fin, et je quitte mes hôtes non sans peine pour retrouver mon covoiturage. Mon conducteur, un polonais de 35 ans, est ingénieur en software pour une entreprise qui propose notamment des solutions pour les entrêpots. En bref, un concurrent d’Amazon ! Nous parlons de nombreux sujets et il évoque sa ville natale, qui est la plus ancienne du pays. Elle a été crée environ 200 ans après Jesus Christ !
Alors que nous voyons des montgolfières dans le ciel, il m’explique qu’un ami à lui est juge des compétitions. Etant donné la difficulté d’évaluation de ce sport, il faut un juge par montgolfière ce qui signifie qu’il ne faut pas loin de 50 juges par compétition.
Une bonne idée de reconversion professionnelle…
Roulant jusqu’à parfois 240km/heure, il profite de l’absence de limite sur les autoroutes allemandes et teste son nouveau bolide, une BMW. Sa voiture, pleine de gadgets avec par exemple un siège ajustable à la forme de son dos, est très confortable. Je suis plutôt contente de travailler dans l’industrie automobile !
Bilan : un nouveau weekend riche en rencontres et des souvenirs pleins la tête 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s