Départ pour l’Amérique latine ! ​

N’ayant jamais visité le continent sud-américain, et sachant que trois mois se profilent devant moi avant la rentrée universitaire, je décide de m’envoler pour l’Amérique latine sitôt mon stage terminé.
Départ de Francfort, pratique pour moi car proche de Stuttgart, et escale à Toronto en perspective avant d’atterrir à Bogotá – la première étape de mon voyage.
Réveil le dimanche matin à 5h30 – c’est mon anniversaire, youpi j’ai 23 ans ! – et direction l’arrêt de bus le plus proche pour me rendre à l’aéroport. À côté de moi se trouvent des allemands bien énergiques pour une heure aussi matinale, et ils me demandent un briquet – je réponds naturellement en allemand, une des dernières fois que je vais pratiquer la langue avant septembre.
Mes correspondances jusqu’à l’aéroport se goupillent très bien – à la minute près – ce qui est de bonne augure pour la suite.
J’arrive ainsi à l’aéroport deux bonnes heures en avance, et grâce à une mésaventure (Rentrer en France depuis l’Allemagne ? Pas si facile…) je sais déjà m’y repérer. L’aéroport a beau avoir un volume monstrueux de passagers par an – plus de 60 millions – je le trouve beaucoup mieux agencé que Charles de Gaulle. Un nouvel exemple de la rigueur allemande sans doute !
Je trouve ainsi rapidement ma compagnie – Air Canada – et dépose mon sac à dos. Le personnel, très sympathique, m’annonce : « you will get your luggage at your final destination, Bogotá ». C’est pile ce que je voulais entendre. Et je commence à réaliser que je pars pour de bon !
Ensuite direction la sécurité, où se trouvent une file pour la classe business qui va évidemment vite et une file économique, la mienne, qui rame. Je passe la sécurité et visiblement quelque chose trouble l’employée : elle me demande d’enlever mes chaussures, et me fait un bref massage des pieds. J’ai mal aux genoux depuis quelques jours, vous pouvez les masser aussi ?
Une fois de plus je dois passer la sécurité, cette fois-ci pour des questions d’immigration. L’employé me demande : « How long do you plan on staying in Canada ? » euh, 4h ?
Egalement une chose bonne à savoir et que j’ai apprise grâce à google, est qu’il faut avoir un AVE (autorisation de voyage électronique, ETA en anglais) pour aller au Canada – même si ce n’est qu’une escale. Heureusement pour moi, j’en avais fait la demande en ligne et reçu l’approbation dans la foulée. Sans ça on peut se voir refuser l’entrée dans l’avion !
Une fois dans l’avion – qui a bien sûr du retard – mon voisin me voit ouvrir un cadeau et me souhaite un joyeux anniversaire, en m’expliquant qu’il avait également passé le sien dans l’avion il y a deux semaines. Coïncidence !
Je suis étonnée de voir que tout est en anglais et français – enfin québécois – à bord n’allant pas dans la partie anglophone du Québec. Je me sens moins dépaysée qu’en Allemagne alors que je suis bien plus loin de la France !
J’atterris à Toronto 8h plus tard – où tout est également traduit en québécois à l’aéroport, ce qui me donne l’impression d’être retournée en France – et attends ma correspondance dans la zone internationale. Je tente sans succès de trouver un écran diffusant la coupe du monde, et apprends par message que l’Allemagne a perdu contre le Mexique. Oups.
J’embarque dans mon deuxième avion du jour – beaucoup moins confortable que le précédent, il s’agit visiblement d’une filiale plus low-cost de la compagnie – et profite une dernière fois de la vue sur Toronto. Moi qui étais impressionnée par Francfort, la ville allemande fait pâle figure à côté de la gigantesque mégapole canadienne.
35943561_1844511832271628_4450550291569311744_n
L’avion survole également les Etats-Unis avant de se stabiliser au-dessus des nuages, et j’apprécie la vue sur le lac qui fait la frontière entre les deux principaux pays du continent nord-américain.
Environ 5h plus tard – ou 4h, il y a une heure de décalage avec le Canada et après cette journée de transport je ne comprends plus vraiment ce qu’il m’arrive – j’atterri enfin à Bogotá. C’est 22h heure locale, soit 5h du matin en France. Je suis donc debout depuis 24h, mon corps est KO !
35882176_1844511968938281_6790010477960232960_n
Je passe l’immigration, et l’interaction avec l’employée me met déjà dans le bain : elle ne parle pas un mot d’anglais, et moi très peu l’espagnol. Je baragouine quelques mots, m’appuyant sur mes bases d’italien, et me fait comprendre. Si amigo a Bogotá, si viajar en Columbia…Vale gracias, j’ai mon visa !
Alors que je me dirige vers les tapis roulants, je tombe sur un français qui me donne de très bons conseils pour la suite de mes aventures en Amérique latine. Danseur à Bordeaux, et ayant voyagé plus d’une dizaine de fois dans ces pays, il me fait part de nombreuses astuces. Intéressante rencontre qui me met en jambe pour la suite !
Une fois ma valise récupérée, je cherche à prendre un uber pour me rendre à mon couchsurfing. La wifi n’étant gratuite que pendant une demi-heure et seulement disponible à l’intérieur de l’aéroport, le Français et moi mettons en place une combine pour repérer la voiture à base de gestes et de cris. Cela fonctionne, et je saute dans la  Renault pour aller chez mon hôte.
Ca y est, je suis en Colombie !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s