Bienvenue à La Paz, la capitale (ou presque) la plus haute du monde !

Depuis Copacabana, je me décide à prendre un bus pour aller à la Paz. 4€ pour 3/4h de bus, c’est donné !

Alors que je suis tranquillement installée dans le bus et que nous roulons depuis environ 1h, il s’arrête brusquement et des agents nous demandent de descendre. Contrôle anti-drogues ? Vérification de passeports ? Non, rien de tout ça. Nous devons traverser le lac Titicaca sur une embarcation, et le bus aussi !

Des touristes suisses sont autant eberlués que moi et prennent des photos. C’était pour le moins inattendu…

J’arrive dans le centre de la Paz en fin de matinée, et me rends dans une auberge que j’ai réservé.

Je voulais faire du couchsurfing mais je n’ai pas réussi à trouver d’hôtes, non sans avoir envoyé de nombreux messages !

À l’auberge, je sympathise rapidement avec deux touristes : un chilien qui est nomade digital et travaille depuis son ordinateur, mais aussi un chef japonais qui a quitté son restaurant pour voyager en Amérique latine.

Tous les trois, nous prenons le teleferico – qui est une véritable experience en soit – pour aller à El Alto où se tient un marché gigantesque deux fois par semaine. Chaussures à 1€, t-shirts de foot contrefaits, pneus, boulons, on peut tout trouver là-bas. Et parfois on tombe sur des commerçants vendant des habits en alpaga, à des prix vraiment intéressants !

Ayant retrouvé l’appetit depuis la fin de mon voyage au Pérou, j’en profite pour tester des spécialités dont la bière à la crème pour 3,5 bolivianos (moins de 50ct) et une sorte de glace pour 1 bolivianos (à peine 10ct!).

Je trouve également une veste en alpaga, et suis contente de mon achat. Avec le japonais, nous en profitons par la suite pour aller dans le centre de la ville et faire du shopping. Cette fois-ci, c’est un gigantesque marché avec des producteurs locaux qui s’y trouve !

Mon ami japonais me propose de cuisiner un curry japonais ce soir, ce que j’accepte volontiers. Nous passons la soirée à boire du vin chilien en mangeant le plat, et je dois dire que le japonais ne tient pas très bien l’alcool mais c’est bien drôle !

Visite guidée de la ville

À La Paz, j’en ai également profité pour faire une visite guidée de la ville. On trouve facilement le point de rencontre sur internet et pour 20 bolivianos (environ 2€) un étudiant bolivien nous emmène à travers la ville et nous raconte son histoire.

J’ai pu par exemple apprendre que :

• la Bolivie avait accès à la mer avant de perdre plusieurs guerres (contre le Chili notamment) et de devenir un pays enclavé.

• Le pays a deux drapeaux officiels. Le premier connu de tous avec les couleurs rouge (pour le sang et les guerres), jaune (pour l’or) et vert (pour la nature) et le deuxième multi-colores qui représente les peuples andins. Ce dernier est différent du drapeau multi-colore que je pouvais voir au Pérou et qui ressemble beaucoup au drapeau LGBT

• Sucre est la capitale constitutionnelle du pays, la Paz était de facto la capitale avec le siège du gouvernement

• La corruption : le président a changé la constitution pour se faire réelire, et fait construire un palais présidentiel moderne qui a coûté environ 30 millions de dollars (avec piscine et jacuzzi au dernier étage bien sûr !)

• Les lignes de téléferique fonctionnent à l’energie solaire, et de nouvelles lignes vont bientôt ouvrir. Le pays a emprunté de l’argent à la Banque Mondiale pour ces investissements qui ont permis de créer le plus grand réseau téléférique du monde

• Les Caseras sont le nom des femmes qui vendent des produits dans les marchés locaux. Si l’on veut avoir un peu plus de nourriture pour le même prix, il suffit de ler dire « yapa » !

Sans oublier l’histoire des bâtiments de la ville, ses traditions… la visite dure environ 3h et elle ne deçoit pas !

À la Paz, j’ai également eu l’occasion de rencontrer un bolivien grâce à couchsurfing. Il ne pouvait pas m’héberger mais m’a invité au restaurant, et j’ai pu découvrir une spécialité de Cochabamba qui s’appelle le sillpancho.

Travaillant dans le secteur public, mon ami bolivien fait des analyses économiques et travaille sur le prix du pétrole. Il m’explique ainsi qu’il est bas en Bolivie car subventionné par l’Etat. Intéressé par l’économie, il ne compte toutefois pas en faire sa carrière : il rêve de voyager au Japon et de lancer son restaurant japonais à La Paz. Un beau défi !

En bref, la Paz est une ville dans laquelle je me suis bien sentie et qui m’a rappelé Huaraz pour son côté traditionnel et ses marchés de rue.

Une ville où j’aurai pu rester plus longtemps sans problème !

Une réflexion sur “Bienvenue à La Paz, la capitale (ou presque) la plus haute du monde !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s